f44ddcc8a0628f32578e437f4446eff0

By In Social Media

Le social media demande le social !

content-strategy

Lors du dernier social media summit auquel j’ai assisté, j’ai été très surprise de voir à quel point l’importance d’un programme d’influenceurs était peu développée.

C’est un peu comme avoir un pays sans ambassadeur…Ou surtout, oublier le fondement de la “propaganda” depuis la nuit des temps : le pouvoir du bouche à oreille ainsi que le pouvoir de persuasion de certaines personnes au sein d’une société.

Be or not to be, la question n’est plus là

Pour les control freak de la brand Identity, c’est compliqué à assumer, je l’entends. Si on contrôle le reach d’une pub, la façon dont elle sera mémorisée révèle des sciences divinatoires.

Laissez-moi vous dire une chose : ce qui sort de votre zone de confort en vaut forcément la peine. Ce n’est pas parce que vous ne voulez rien voir qu’il ne se passe rien. La twittosphère n’a pas attendu que BHL crée un compte Twitter pour le parodier, personne n’a attendu que Jawad crée son compte Facebook pour inviter la moitié de la planète à une pyjama party chez lui.

Alexander Wang, grand créateur New-Yorkais avouait lui-même au New York Times qu’il pensait certaines de ses créations en fonction du rendu potentiel sur Instagram.

f44ddcc8a0628f32578e437f4446eff0

Il y’a non seulement le quoi, mais le qui !

Mais on sait pertinemment que comme pour le Ice bucked challenge, le message doit être représenté puis amplifié pour les bonnes personnes pour être pertinent. Le poids de Johnny Hallyday faisant ses courses au Aldi du coin (admettez que le voir pousser un caddie doit être une expérience en soi) n’a pas le même que Mémé Josiane et son caddie à fleurs au même rayon.

Sauf si Mémé Josie a les cheveux roses et qu’elle est skate-board : là, vous tenez un concept, surtout si vous la snapchatter en train de chaparder dans les rayons des bouteilles de gin. Si en plus vous êtes  cette marque de gin, vous avez tout gagné.

Ou que Mamie Danielle propose sur BFM TV “d’apporter des fleurs à nos morts” fraternisant avec tous les musulmans de France : un compte Twitter est spontanément créé pour récolter des dons pour lui offrir un bouquet géantissime. Parce qu’on a tous besoin d’une Mamie Danielle à aimer et qu’il n’en a pas fallu de plus pour en faire la coqueluche positive des tragiques événements de novembre 2015.

internet-fleurs-danielle

Tomber amoureux de votre marque

 

love

L’erreur pourtant ô combien répandue consiste à vouloir créer une histoire de contenu à travers des messages marketing basés sur des insights. C’est un peu comme sur un site de rencontre : vous avez la liste des arguments rationnels et descriptifs, mais personne n’est jamais tombé amoureux d’une liste de qualités, aussi extraordinaires soient-elles – à moins que vous n’ayez un voyage sur la lune dans vos expériences passées (et que vous garantissez n’avoir jamais eu de lien avec Louis Amstrong).

Tomber amoureux, c’est un feeling, une sensation indescriptible et incalculable, un mélange de phéromones et d’autres substances chimiques corporelles douteuses. Vous ne savez pas pourquoi vous aimez vos amis, pourquoi vous aimez votre frère ennuyeux ou pourquoi Nicki Minaj vous fascine (un secret entre nous, promis) ou encore comment François Hollande arrive à séduire coup sur coup des profils aussi variés que ses manches ne sont jamais ajustées.

En revanche, si la promesse que votre marque propose, son apport dans le quotidien ne matche pas avec les qualités intrinsèques de votre produit, vous aurez un problème de fidélisation. C’est ce qui est arrivé à notre ami François Hollande et qui a conduit au chef d’œuvre de la littérature française 2015 de Valérie Trierweiller.

4 étapes :

En conclusion, 4 étapes sont fondamentales et indissociables :

  1. Lâcher prise et baisser le brand-narcissism autour du content. Tout ce qui distraira ou informera votre audience vous rendra agréable à avoir dans son quotidien. L’attention et l’affection, ça se mérite. Si vous n’y arrivez pas, je peux vous conseiller la sophrologie ou l’hypnose, ça aide.
  2. Mapper et faire plaider votre cause aux bons avocats. Ceux qui font leur show devant la cour et dont tout le monde respecte l’avis, qu’il soit juste ou pas. C’est injuste, mais comme disait Thierry Ardisson, la vie est injuste.
  3. Engager votre audience en la reliant à une vraie expérience, proche de ses centres d’intérêts, pas de ceux de votre marque. Tout est valable, mais une règle prévaut : less is more. Les conseils de Coco Chanel ne s’appliquent pas qu’à la mode. Au plus simple, au plus efficace.
  4. Pousser votre contenu sur les supports via des incitateurs digitaux, numériques, traditionnels afin que votre contenu soit visible. Si certaines choses n’ont pas de prix, d’autres s’achètent. Chez nous, par exemple.

, , , , ,

Comments are closed.

%d bloggers like this: